Commandez le dans la boutique
1. Breizh Roots « Les Sœurs Goadeg Remix » ft Jerry Cornic
2. Ne bado ket atao remix « Alan Stivell remix »
3. Breizh in your face « Ar Re Yaouank Remix »
4. Jungle Plinn ft Marchand & Kemener
5. Jungle Plinn Suite ft Marchand & Kemener
6. Jump Lamm ft Les Frères Guichen
7. Amzer'zo Gant ma pado « Les Sœurs Goadeg Remix »
8. Dubzhstep Part 1 ft Marchand & Kemener
9. Dubzhstep Part 2 ft Marchand & Kemener
10. Blodeuwedd ft Les Frères Guichen
11. Burzhudus « Les Sœurs Goadeg Remix »
12. FunkiBreizhi « Les Frères Morvan Remix »
13. BJazZH ft Jerry Cornic
14. Star Tijenn « Les Frères Morvan Remix »
15. Ingarniboom « Les Sœurs Goadeg Remix »
16. Magic Land ft Jerry Cornic
A écouter également sur soundcloud

Breizh'n Bass Western Moderne

Comme dans le film, l'Odyssée de l'espace, de Kubrick, mon aventure de DJ - productrice débute en 2001. Bien que limitée par le nombre de vinyles que j'avais sous la main à cette époque, je me suis naturellement tournée vers la collection de mes parents.

Au fil de mes recherches, je finis par mettre la main sur un disque des sœurs Goadeg qui appartenait à mon père. Drôle d'idée que de caler un tel style avec un disque de drum'n'bass… Pourtant la magie opéra immédiatement. De cette association audacieuse, la Breizh'n'bass vit le jour ! Ce mélange, c’était ma nature, ma culture bretonne, mes racines et leur prolongement... Et à la fois l'émergence d'un mouvement underground.

La consécration

Un jour, non pas par enchantement grâce à Merlin, mais à force de travail, les journaux, les radios et les télés se sont intéressés à mon projet, et ça, c'était nouveau ! On parlait alors avec beaucoup d’emphase de la naissance d'un courant musical : une vraie reconnaissance.

Portée par une bonne base éducative et musicale, ma passion pour la danse et mes études d'anthropologie, je me suis donnée pour mission de véhiculer une image bien différente des clichés. Je souhaite promouvoir une représentation actuelle de la Bretagne et de ses acteurs, grâce à la musique. Et ce aux quatre coins de la planète, car où que l’on soit, de New York au Japon, en passant par Los Angeles… On est sûr de trouver au moins un breton !

Dans le respect des différences

Je viens d’une famille qui milite pour la préservation de la culture bretonne et en particulier de sa langue. J’ai été éduquée dans le respect des autres et de leurs différences. Et, comme tant d’autres en France, je souhaite effacer l'image rétrograde qu’ont les langues régionales dans la société. Et dire haut et fort que nous sommes capables de vivre quotidiennement en breton tout en s'exprimant dans d’autres langues.

J’ai compris que la Breizh'n'Bass allait m'aider à rester intègre et que grâce à la musique, je pouvais comprendre n'importe quelle culture du monde. Depuis mon enfance, je suis véritablement fascinée par la transe que procurent les percussions, la batterie, la basse... En ajoutant des chants a capella à un rythme soutenu, j'ai réalisé que les ondes sonores pouvaient me faire voyager par-delà les frontières et les océans.

« J’appartiens au monde, avec ma particularité »

L’album qui se trouve entre vos mains représente deux ans de travail intense, ceci afin d'obtenir une qualité sonore irréprochable, tout en respectant la tradition musicale. Cet « opus incertum » est l'aboutissement de collaborations live et d’enregistrements studio de plusieurs artistes avec qui j’ai partagé des projets ou des scènes. Eric Marchand et Yann Fañch Kemener en duo, les frères Guichen à la guitare et à l'accordéon et Jerry Cornic à la trompette.

J’ai utilisé les samples des chants « kan ha diskan » des sœurs Goadeg, des frères Morvan et d’Alan Stivell, ainsi qu'un titre de Ar Re Yaouank qui a révolutionné la musique bretonne dans les années quatre-vingt. Époque pendant laquelle, alors très jeune, je les côtoyais par le milieu associatif et culturel, mais aussi chez mes parents.

Le but de cette « galette » était d'aboutir à un équilibre entre différents ingrédients, une fusion parfaite entre deux univers a priori très distincts. Entre clubbing et culture bretonne, mon expérience de la dance music m’a permis de créer des morceaux rythmés et conçus pour se défouler dans la joie et la bonne humeur ! Ces dix-sept titres sont issus d'une combinaison de compétences, d'énergie et de savoirs.

Tous les artistes sollicités ont accepté cette collaboration sans hésiter. Ils ont ainsi pu élargir leur horizon dans une sphère musicale finalement proche ! Bien d’autres « featurings » sont à venir pour de prochaines créations. Gildas Barronet, compositeur, m'a également aidée à trouver une image de musicienne électronique qui soit fidèle à ma personnalité : à mon tempérament comme à mes convictions. Pour ce nouvel opus, on pourra aussi noter la participation eventuelle d’un Vj pour un show complet: des vidéos mixées en live, aux atmosphères étroitement liées aux sonorités breizh-électroniques de cet album. Pour finir cette présentation, sachez que vous pourrez télécharger sur Beat Port et divers sites de vente de musique mes « instrus » aux influences hip hop, jungle, drum'n'bass, et dubstep, si la rythmique vous stimule...

Texte : Fred Huiban / Hoel Louan

MISS BLUE ALBUM

MISS BLUE, c’est la rencontre d’une culture ancestrale et d’un son résolument moderne et actuel. Ayant grandi dans un milieu bretonnant et militant, c’est tout naturellement que cette jeune Djette et productrice a jeté les fondations d’un mouvement inédit et original : la « Breizh’n’Bass ». Faire rimer tradition et modernité, établir un prolongement de ses racines et sa culture, c’est le pari un peu fou de cette Rennaise qui souhaite promouvoir une représentation actuelle de la Bretagne et de ses acteurs. Depuis maintenant 10 ans, elle peaufine son style et multiplie les mariages sonores qu’elle a soigneusement gravés sur ce premier album.

« Breizh’n’Bass », c’est aussi le titre de ce disque que MISS BLUE élabore depuis deux ans. Multipliant les collaborations avec des artistes bretons comme Erik Marchand, Yann-Fañch Kemener, les frères Guichen ou encore Jerry Cornic, elle n’a cessé de puiser dans la multitude de richesses qu’offre la musique traditionnelle. Au fil des 16 morceaux qui composent ce premier opus, le Drum’n’bass, la Jungle, le Dubstep et le Hip-hop côtoient avec harmonie le kan ha diskan (chant à danser traditionnel) d’Alan Stivell, des sœurs Goadec ou des frères Morvan. Ces univers musicaux, qui peuvent pourtant paraitre éloignés, se conjuguent comme par magie, dans une transe commune et irrésistible.

Familière des salles de concert, des festivals et autre free party, elle est tout aussi coutumière des festoù-noz, où elle a fait ses premiers pas de danse. Mais que les esprits étriqués se rassurent : avec MISS BLUE, ce n’est pas la gavotte qui s’invite sur les dance floors… c’est bien plus que ça ! C’est la communion de rythmes et de transes aussi proches que différents, qui cohabitent naturellement pour ne faire qu’un. Avec ce premier album, « Breizh’n’Bass », c’est bien plus qu’un genre ou un style que MISS BLUE initie, mais bel et bien un mouvement ! « Et de Tokyo à Paris, de Quimper à Ibiza, tous se reconnaitront car, c’est bien connu, partout où l’on va, il y a toujours un Breton ! »

Texte: Fanch Alouret